L'INCENDIÉE

Publié le par christiane loubier

Tant de fois debout
Dans sa chair d'incendiée
Autant de fois rebâtie
Devant les murs 
Les lampes noircies

Autant de fois
Son chat retrouvé
La fumée reconduite à ses nuages
Le feu retourné à sa forge
Le coeur à sa greffe
L'oiseau à son horloge

– Le bois brûlé est promesse de fruits

 

 

 

Christiane Loubier

 

TOUT À COUP...

Publié le par christiane loubier

Tout à coup,
je me souvins de mes instruments de jardinage.
Le râteau,
qui attendait dans la grange pétrifiée,
et la faux
dont le tranchant s’était affiné par le froid.
Je ressentais la douleur poignante
de leur station.
Hors du pré, on eût dit qu’ils séjournaient comme moi,
au bord du vide.

 

 

 

François Jacqmin

Le livre de la neige

 

 

 

 

LE GANT

Publié le par christiane loubier

Les bruants de novembre
Préfèrent les herbes séchées
Debout dans les champs
Que les graines données
Au bout du gant

 

 

 

Christiane Loubier
 

TOI AUSSI

Publié le par christiane loubier

Toi qui repoussais toujours l’ombre

Toi qui n’acceptais que le soleil

 

À peine l’été fini

Je t’ai vu apaiser ta soif

Mordre dans les nuages

Au-dessus de ta joie vacillante

 

Toi aussi je t’ai vu

Embrasser la tristesse d’un novembre

Et couler dans la blancheur du silence

 

 

 

Christiane Loubier

MATIN D'HIVER

Publié le par christiane loubier

Avant que ne rouille et se casse

la descente des rêves,

laissez-y glisser les biens-aimés,

grands et petits en manteaux gris,

regardez, la piste claire, la glace.

 

 

Ilse Aichinger

Le jour aux trousses

 

LES POMMES

Publié le par christiane loubier

Et que faut-il penser 

De ces pommes jaunes ?

Hier, elles étonnaient, d'attendre ainsi, nues

Après la chute des feuilles,

 

Aujourd'hui elles charment

Tant leurs épaules

sont, modestement, soulignées

D'un ourlet de neige.

 

 

Yves Bonnefoy

Début et fin de la neige 

CHAIR TENDRE

Publié le par christiane loubier

Écuisser l'arbre

Pour voir en double

Le désir d'une chair divisée

 

 

 

Christiane Loubier

LA HACHE

Publié le par christiane loubier

Dans ce bois debout

Sous les grands cyprès

Tu étais l’alphabet

 

J’étais la hache

Le silence affuté

Pour transformer la blessure

En quelque chose qui dure

 

Dépouillement du cœur jamais atteint

Les mots en trop ne prouvent rien

La souffrance qui en découle

Encore bien moins

 

 

 

Christiane Loubier

À QUI DIRA-T-IL

Publié le par christiane loubier

À qui dira-t-il

Comme il aime le lierre

Qu'il en cherche au bois

Une grande épaisseur

Pour hiverner.

 

 

GuillevicTerraqué

1 2 > >>