9 articles avec carnet du jardinier

BELLE DE NUIT

Publié le par christiane loubier

Une fleur de nuit
Meurt d'avoir vu le jour
Entre son ombre et son silence
L'oiseau referme son vol

 

Christiane Loubier

 

 

 

 
 
    Belle de nuit (Mirabilis jalapa).  Source :
                 https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3A2006-10-18Mirabilis_jalapa08.jpg
  

LA FLEUR ABOLIE

Publié le par christiane loubier

On oublie la brûlure de l’été
Le temps a l’odeur du froid
Derrière la fenêtre et bien plus loin
La pluie et les vents affligent le jardinier
Qui s’attardent dans le paysage
 
Le soleil pâlit au nom de l’hiver
Le jardin alité 
A besoin d’une couverture de neige
 
 
 
Christiane Loubier

SAINT FIACRE

Publié le par christiane loubier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint Fiacre au jardin
Patron des jardiniers et des maraîchers. On le fête le 30 août

 

VISIONS D'UN JARDIN ORDINAIRE 17/19

Publié le par christiane loubier

 
 
Fille du jardinier, femme du jardinier, mère du jardinier,
elle se penche vers la terre. Elle récolte les haricots de l’été,
a posé un carton d’emballage, un petit carton entre deux
rangées. Boîte qui a voyagé dans les camions, sur les
autoroutes anonymes, boîte récupérée à la sortie du
supermarché. Les haricots humides de rosée mouillent le
fond du carton, s’entassent petit à petit, avec un doux bruit
de chute. La main véloce parcourt le rang, soulève les
feuilles, écarte les prêles, arrache un laiteron. Les doigts
pincent les pédoncules. Les haricots rassemblés dans l’autre
main tombent en groupe dans le carton. Leur destination
finale, la toile cirée sur la table de la cuisine, l’équeutage de
leurs extrémités, le bain d’eau froide dans l’évier blanc
émaillé, le bain de vapeur, la cuisson, le blanchissage des
promis au congélateur, empaquetés dans le film plastique.
La fin des haricots.
 
  
Lucien Suel
http://academie23.blogspot.ca/search?q=LES+haricots

 

 
Photo : Josiane Suel

 

VISIONS D'UN JARDIN ORDINAIRE 6/19

Publié le par christiane loubier

Jetées sur le jardin, entortillées aux herbes, les longues
ramures ébranchées des saules. Leur peau avait bruni, elle
s’était soulevée par endroits, offrant l’abri aux cloportes,
cochons de saint Antoine, aux forficules, perce-oreilles.
Avec le printemps, le jardinier arrive. Il se penche sur elles,
fines branches mortes des saules. Il emporte dans ses bras,
le long fagot. Il les plante face à face, les incline l’une vers
l’autre. Alignées, redressées, les branches sont le tipi, le tipi

des haricots. Triangle isocèle, triangles isocèles pointés au
ciel. Les triangles sont réunis par la plus longue perche. A
l’horizontale, en hauteur, le jardinier les attache. Long
squelette vertébré de bois mort, c’est le grand tipi des
haricots à rames, la longue maison des haricots. Au pied de
chaque branche, ils sortent une crosse verte, poussent,
s’élancent en tournant au bout de leur tige, hélices vivantes.

 

 

 

Lucien Suel

http://academie23.blogspot.ca/2014_11_01_archive.html
 
 
 
 
 
 
Photo : Josiane Suel

 

PURE PERTE

Publié le par christiane loubier

Ne me soucie plus

Du désordre au jardin

L’absence de fleurs

Une présence de pure perte

 

Le vent s’agite

Le temps se rouille

Il faut faire vite

Je confie mon ombre

Aux bras du grand conifère

 

Je fus jardinière

Il y a beau temps

 

 

 



iPhoto Library          

 

 

 

Christiane Loubier                                              Source : Laura Stoddart's (illustration pour Crabtree & Evelyn)