LA VIE TE RESSEMBLE...

Publié le par christiane loubier

La vie te ressemble
jusqu’à de si petits détails
que je n’en dis rien
cette ressemblance est la fête
de nos instants célèbres
entre nous
je ne les montre pas trop
on n’offre pas des fleurs
à un jardin
ni de la lumière
au soleil
 
 
 
Henri Meschonnic
Voyageurs de la voix, 1985

PRÉTENTION

Publié le par christiane loubier

La neige qui insiste pour tomber
A besoin du froid pour rester
Et de la noirceur des jours
Pour prétendre à quelque réalité blanche

 

 

 

Christiane Loubier

LES AMIS SONT DES OMBRES

Publié le par christiane loubier

Ce temps de brume qui froidit, un jour d'hiver,
On marche vite, l'esprit clair...
Les jours de la sagesse étaient ainsi, désert
Où je cherchais les amis dont les yeux brillants sont morts,
La parole dissipée, haleine des soir d'hiver
 
Ai-je entendu sous la fenêtre
Leurs pas présents, hésitants,
Leurs pas que je suivais jusqu'à l'effacement
Leurs pas d'aveugles?
Ils furent la question dont ils sont la réponse
Disparue, errante, absente,
Haleine des froides années
Où nous écoutions venir le grand chasse-neige aveugle.
 
 
 
Henri Thomas
Joueur surprisGallimard, 1982

LE TEMPS DE LA NEIGE

Publié le par christiane loubier

Contre la neige, sa chute,
Poète, à quoi bon la lutte.
Ses écrits sont les plus denses,
Car ils s'arment de silence
 
 
 
Armen Lubin
 
Feux contre feux (Le temps) dans Les hautes terrasses, 1957

LA VIGILE

Publié le par christiane loubier

À l'heure où rentre un dernier char de foin
les prés laissés sont en proie à la nuit.
Le temps naïf se croit maître chez lui
mais les jours sont toujours des lendemains.
 
Nous devisons sous la lampe du soir
et le ciel vient s'asseoir à notre table
en attendant l'étoile du matin
que j'aperçus quand tu me regardas.
 
 
 
Jean Grosjean

La rumeur des cortèges, Gallimard, 2005

OEUVRE NOIR

Publié le par christiane loubier

Les ombres avancent
Dans les fougères fauves
Inutile de chercher l’éclair
Au creux de l’aurore

Au réveil
La nuit aura laissé parmi l’humus
Des lambeaux d’encre sur les feuilles écrites
Là où le vent les a couchées
 
 
 
Christiane Loubier
 

CRÉPUSCULE D'OCTOBRE

Publié le par christiane loubier

À l'horizon, pas de « confitures de crimes » : sur un fond de turquoise
qui s'exténue jusqu'au gris, un barbouillis d'ocre, de cendre et d'encre mauve
que la nuit, bientôt, offusquera.
L’œuvre au noir s'accomplit en silence.
 
 
 
C. C.
 

ENSEMBLE

Publié le par christiane loubier

Par le seul désir de durer ensemble

Nous sommes à l’image l’un de l’autre;

Par le seul flamboiement du coeur qui saute
Nous sommes ce que le feu rassemble.
 
Par toute l’âme sans ressemblance
Nous sommes étrangers l’un à l’autre;
Par la nuit qui tient le soir et l’aube
Nous sommes l’amour sans délivrance.
 
 
 
Rina Lasnier
Escales, Bien public, 1950
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Rina Lasnier
Reproduction d'un fusain de Madame Ruby
(Boardman Blanchon)