LE POÈME DE 4 H DU MATIN

Publié le par christiane loubier

 
C’est le moment du silence
de la faible lumière
de la petite lampe à mon chevet
et si j’allume la radio contiguë
à très faible amplitude
c’est une voix féminine qui s’élève
dans un air d’opéra inconnu.
 
 
 
Paul de Roux
Au jour le jour V. Carnets 2000-2005

 

 

 

 

 

 

 

RELATIONS INTIMES

Publié le par christiane loubier

Relations intimes :
 
Rapports vers lesquels des imbéciles
sont providentiellement entraînés
pour leur mutuelle destruction.

 

Ambrose Bierce
Le dictionnaire du Diable
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Source : http://tr.wikipedia.org/wiki/Ambrose_Bierce

L'OFFRANDE À LA NATURE

Publié le par christiane loubier

[...] La forêt, les étangs et les plaines fécondes
Ont plus touché mes yeux que les regards humains,
Je me suis appuyée à la beauté du monde
Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains [...]
 


Anna de Noailles
Le cœur innombrable, L'offrande à la nature (extrait), 1901
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

                     Portrait de la comtesse de Noailles par Philip Alexius de László
                     Source : gallica.bnf.fr

 

 

 

SI JE DEVAIS NE PLUS VIVRE...

Publié le par christiane loubier

 

Si je devais ne plus vivre
Quand les merles reviendront,
Donne en souvenir à celui qui porte
La cravate rouge une miette de pain.
 
Si je ne pouvais dire merci,
M'étant vite endormie,
Tu sauras que j'essaie
Avec ma lèvre de marbre.
 
 
                * * *
 
If I shouldn't be alive
When the Robins come
Give the one in Red Cravat, 
A Memorial crumb
 
If I couldn 't thank you,
Being fast asleep
You will know I'm trying
With my Granite lip!
 
 
Emily Dickinson
 
 
 
                                                       Photo : Christiane Loubier
 
 
 
 
Source
Emily Dickinson, 40 poèmes, Liberté, vol. 28,
n° 2, 1986, p. 21-50.
Traduction française par Charlotte Melançon
Tous droits réservés © Collectif Liberté, 1986
 

 

 

YVES ROUQUETTE : LA POÉSIE ÉLÉMENTAIRE

Publié le par christiane loubier

La nuit du ventre

Je suis de là : de la nuit
où se forgent les pays
et s’aiguisent les couteaux
avant le spectaculaire
règlement de tous les comptes

Dans mes paroles grimaçantes
je ne suis l’étranger
que pour les hommes sans futur
Noir je suis, de mère noire
de père noir et esclave
et du fond du rose et du vers
du ventre de ma mère
je m’entends cheminer vers le jour 
 
 
 
Yves Rouquette
 
 
La nuòch del ventre
 
D’aqui siái : de la nuòch
ont se fan los païses
e s'agusan los cotèls
abans l'espectaclós
reglament de totes los comptes

Dins mas paraulas reganhudas
siái pas brica lestrangièr
que pels òmes sens futur
Negre siái de maire negra
de paire negre e esclau
e al mièg del ròse e del verd
del ventre de ma maire
m'ausissi caminar cap al jorn
 
 

In pas que la fam (la faim, seule), traduction Jean Eygun, © letras d’òc, 2009, p.62-63
[Source du site consulté : http://pierresel.typepad.fr]
 
   

 

BLANCHEUR

Publié le par christiane loubier

L’amour n’a pas toujours
La couleur du feu
Elle porte à merveille
Le blanc d’un hiver frileux

Mais la neige se fatigue
D’être à la hauteur des maisons
Le bonheur est une blancheur
Qui ne reste pas
Qui ne résiste pas
À tant de vérité venue du froid
 
 
 
Christiane Loubier

LE GESTE ANCIEN...

Publié le par christiane loubier

                     XVIII
 
 
Le geste ancien de boire
Les deux mains sur le bol
Quand l'horloge sonnait
Dans l'odeur de l'étable
 
Le bois épais des bancs
Et de la table usée,
Où des mains s'accrochèrent
Qui tremblaient de colère.
 
 
 
Eugène. Guillevic
Terraqué, Ensemble (1945)
 
 
 
 
  Dessin : Boris Taslitzky

http://boris-taslitzky.fr/dessins/portraits/dessins-portraits.htm

 

JE SORS...

Publié le par christiane loubier

                                            V
 
 
Je sors.
Je rêve que je sors dans la nuit de neige.
Je rêve que j'emporte
Avec moi, loin, dehors, c'est sans retour,
Le miroir de la chambre d'en haut, celui des étés
D'autrefois, la barque à la proue de laquelle, simples,
Nous allions, nous interrogions, dans le sommeil
D'étés qui furent brefs comme est la vie.

En ce temps-là
C'est par le ciel qui brillait dans son eau
Que les mages de nos sommeils, se retirant,
Répandaient leurs trésors dans la chambre obscure.


Yves Bonnefoy
Ce qui fut sans lumière, Le haut du monde (1987)
 

1 2 > >>