LE FROID AVANCE

Publié le par christiane loubier

Peu importe qu’il soit

Cinq heures du soir ou du matin

Ombre après ombre

Le froid avance

Un froid d’argent

Comme la coulée grise

Dans les cheveux des femmes

Éperdues dans le sous-bois

De leur automne

 

 

 

Christiane Loubier

Publié dans Carnet de l'automne

Commenter cet article

I

Ce poème est absolument superbe !
Répondre
C


Bonjour Île,


Ce commentaire de vous m'importe beaucoup. Merci. La forêt de mon automne est si proche.


Christiane