Top articles

  • PASSER L'HIVER

    03 février 2014 ( #Chansons - comptines... )

    J'aurai encore laissé passer l'hiver Sans refaire la charpente mangée aux vers Et ni enfin écrire cette lettre Sur l'amour, sur le vide rongeant l'être J'aurai aimé mal, très, toutes mes femmes Mal entretenu tous mes feux et flammes Je n'aurai pas vu...

  • NOUVELLES DU LINGE

    05 juillet 2014 ( #Anthologie )

    De soif j'ai rincé mon linge et je l'ai tordu après ça qu'est-ce-que j'ai fait je l'ai pendu grand ouvert sur le pré tout contre l'odeur du foin debout le blanc comme la couleur en rimes claires offertes aux rafales du vent fin comme cible et serré comme...

  • YVES ROUQUETTE : LA POÉSIE ÉLÉMENTAIRE

    18 janvier 2015 ( #Anthologie )

    La nuit du ventre Je suis de là : de la nuit où se forgent les pays et s’aiguisent les couteaux avant le spectaculaire règlement de tous les comptes Dans mes paroles grimaçantes je ne suis l’étranger que pour les hommes sans futur Noir je suis, de mère...

  • POUSSIÈRE D'OUBLI

    03 mars 2018 ( #Anthologie )

    Ce que j’ai vu, je l’ai écrit comme la pluie sur les vitres et les larmes des roses, et tout ce que j’ai oublié demeure là, dans ce grand sac de voyelles posé contre le pied de la table où le temps passe entre ma vie et moi sans blesser personne. Quand...

  • ÉNIGME

    24 février 2019 ( #Anthologie )

    Si tôt déjà le soir, et si tard encore le matin, l'obscurité pénètre toujours dans la pièce, la neige, le brouillard comme fondement, combien d'hivers déjà? Ingeborg Bachmann Toute personne qui tombe a des ailes (Poèmes 1942-1967) Source : Ingeborg Bachmann....

  • AUTOMNE, TOI QUI PASSES...

    21 septembre 2016 ( #Anthologie )

    Automne, toi qui passes avec des oiseaux fous de grand vent et de ciel pur après l'orage, je t'ai vu mesurer la toile d'une araignée couleur de miel sous la poutre quand ruisselait, torrentielle, la pluie et ton visage avait double face comme le dieu...

  • LA ROSE

    30 mai 2016 ( #Anthologie )

    L'argile une rose l'adore disait l'homme blond dans le train qui allait au long des plaines grises mais ne lui donnez pas à la rose surtout de fumier. Ah! le jardinier est bon pour le courage. Quand dehors je mange les fleurs me ravissent toujours la...

  • L'HYVER

    20 février 2016 ( #Anthologie )

    Mes volages humeurs, plus sterilles que belles, S’en vont; et je leur dis : Vous sentez, irondelles, S’esloigner la chaleur et le froid arriver. Allez nicher ailleurs, pour ne tascher, impures, Ma couche de babil et ma table d’ordures; Laissez dormir...

  • APRÈS CE DÉLUGE

    02 novembre 2015 ( #Anthologie )

    Après ce déluge j’aimerais voir la colombe et rien que la colombe encore une fois sauvée. Je sombrerais sans doute dans cette mer ! si elle ne s’envolait si elle n’apportait pas à la dernière heure la feuille. Ingeborg Bachmann Toute pesronne qui tombe...

  • LE POIDS VIVANT DE LA PAROLE

    29 août 2015 ( #Anthologie )

    On peut écrire, et l'on écrit; On peut se taire, et l'on se tait. Mais pour savoir que le silence Est la grande et unique clef, Il faut percer tous les symboles, Dévorer les images, Écouter pour ne pas entendre, Subir jusqu'à la mort Comme un écrasement...

  • OUVERTURE

    03 mai 2015 ( #Anthologie )

    Le plus tôt levé est le merle : à cinq heures je l'entends dans la nuit et le froid qui sévit encore en juin, voix assurée, qui nous convie au jour qui n'est pas levé encore et dont il parle si éloquemment que c'est en nous que la nuit vacille : je me...

  • DU SILENCE

    07 avril 2015 ( #Anthologie )

    S’il a l’ouïe suffisamment sensible, le marcheur entend l’herbe pousser, les feuilles se déployer à la cime des arbres, les myrtilles murir et la lente montée de la sève. Il sent à nouveau le tremblement léger du temps que le bruit et l’urgence de faire...

  • TESTAMENT

    21 mars 2015 ( #Carnet de l'ombre )

    Lorsque mes yeux cesseront de guetter La première hirondelle Qu’ils seront impuissants à reconnaître Le printemps fidèle Lorsque mes mains ne pourront plus toucher le vent Et que je perdrai de vue le fleuve Laissez-moi quitter mes eaux Avant qu’il ne...

  • UNE PART INVISIBLE...

    19 mars 2015 ( #Anthologie )

    Une part invisible de nous-mêmes se serait ouverte en ces fleurs. Ou c’est un vol de mésanges qui nous enlève ailleurs, on ne sait comment. Trouble, désir et crainte sont effacés, un instant; mort est effacée, le temps d’avoir longé un pré. Philippe Jaccottet...

  • INEFFABLE DE LA FIN

    05 mars 2015 ( #Anthologie )

    Quand la dernière ménagère sera morte tenant l'étoffe raccommodée par ses doigts minces les étoiles brilleront encore, les griffons des blasons s'envoleront en cendre. ô nuit de l'être éternel feuilletage des ardoises du toit et des pâtisseries blondes;...

  • L'OFFRANDE À LA NATURE

    20 janvier 2015 ( #Anthologie )

    [...] La forêt, les étangs et les plaines fécondes Ont plus touché mes yeux que les regards humains, Je me suis appuyée à la beauté du monde Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains [...] Anna de Noailles Le cœur innombrable, L'offrande à la nature...

  • SI JE DEVAIS NE PLUS VIVRE...

    19 janvier 2015 ( #Anthologie )

    Si je devais ne plus vivre Quand les merles reviendront, Donne en souvenir à celui qui porte La cravate rouge une miette de pain. Si je ne pouvais dire merci, M'étant vite endormie, Tu sauras que j'essaie Avec ma lèvre de marbre. * * * If I shouldn't...

  • LES EFFARÉS

    15 décembre 2014 ( #Anthologie )

    Noirs dans la neige et dans la brume Au grand soupirail qui s'allume, Leurs culs en rond, A genoux, cinq petits – misère ! – Regardent le boulanger faire Le lourd pain blond... Ils voient le fort bras blanc qui tourne La pâte grise, et qui l'enfourne...

  • LA CERISE DE MONTMORENCY

    15 juillet 2014 ( #Anthologie )

    À Pierre et Suzanne La cerise courte-queue Qui s’allume autour de Paris Fait jubiler mes banlieues Dans ce chaud printemps défleuri. Salut guignes et griottes, Mes feux aigus de la Saint-Jean, Tisons, braises, lumerottes, Beaux petits fruits intelligents...

  • L'ENFANT POÈTE

    01 juin 2014 ( #Anthologie )

    Il y aura toujours la table L’enfant accoudé à son silence Les yeux ouverts en étoiles Et qui brûlent tout par délivrance. [...] Rina Lasnier Mémoire sans jours , L'enfant poète (extrait) Sculpture : Claire Aubin La statue a été coulée en bronze par la...

  • LA GÉOGRAPHIE

    06 avril 2014 ( #Anthologie )

    La terre est ronde et voici que commence la leçon de géographie. Tiens, la terre, c’est de l’eau et le fleuve en apporte encore à la mer. Sur la couverture de l’atlas, la fille d’auberge offre un verre de vin rouge à un cavalier coiffé de plumes rouges....

  • SEPTEMBRE TRISMÉGISTE

    14 octobre 2013 ( #Anthologie )

    C'était, il m'en souvient, à mitan de mon âge je sortais de l'enfance septembre, je le revois, s'achève sur les cimes le donjon sourit au soir de bronze qui me forge une armure aux couleurs du soleil les bleuets, l' œillet, les marguerites imposent le...

  • LES PIVOINES

    24 juin 2013 ( #Anthologie )

    Tout juste le temps d'être de petites balles, de petits globes lisses et denses, quelques jours; puis, cédant à une poussée intérieure, de s'ouvrir, de se déchiffonner, comme tant d'aubes autour d'un poudroiement doré de soleil. Comme autant de robes,...

  • SOIRS DU VAUCLUSE...

    15 juin 2013 ( #Anthologie )

    Soirs du Vaucluse, funèbre Provence. Les roseaux bordent des champs de cendres où errent nos propres ombres, privées du lait des jours. Une fois encore, la cigale chante. Une dernière brise murmure dans les herbes. La fierté rend ses armes et apprend...

  • LEÇON DE TÉNÈBRES I

    29 mars 2013 ( #Carnet de la nuit )

    Dans l’oraison des matines Les cierges en colonnes S’éteignent un à un Rendant à la ténèbre Ses grandes heures nocturnes Poussière est ton songe Et prière est ta nuit Un chant de ténèbres Dans l’infini silence Tout ce qui vient de l’ombre Retourne au...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>