J'AVANCE SANS FILET

Publié le par christiane loubier

img1 L Koltz

J’avance sans filet

d’une étoile à l’autre

glissant à travers les trous noirs

je saute de lunes en soleils


Je me balance aux bords

de la terre

déjà je ne lui appartiens plus


Parce que ce poème est un mensonge

il a le droit d’être beau

 

 

 Anise Koltz

Le porteur d’ombre (extrait)

LE CHANT DE LA SIRÈNE

Publié le par christiane loubier

Épaves amoureuses

Quel marin de légende

Abandonnez-vous à mon chant

Dans le miroir des flots


La rumeur de la houle

Déferle son hymne d’écumes

Et d’étoiles englouties


L’amour mène à la mer

L’amour mène à la mort


C’est là que je demeure

Dans la nuit océane

 

 

Christiane Loubier

Poème publié dans Bordures du champ secret

DEMAIN LA VEILLE

Publié le par christiane loubier

Voici un soleil

Qui se couche sur l’ennui

Voici une maison qui dort

Les portes ouvertes sur la nuit


Voici un œuf de merle bleu

Deux tourterelles dans l’eau du ciel

Des nuages de beau temps

Un rayon matinal sur ta vitre

Voici demain par les persiennes


Voici une charrue qui ouvre la terre

Des ombres volées en éclats

Des mots qui se penchent vers le soleil


Voici demain la veille

 

 

Christiane Loubier
Poème publié dans Bordures du champ secret

LES OMBRES ENFILÉES

Publié le par christiane loubier

Ni le couteau qui brille

Ni le silence qui brûle

Aucun espoir inventé

Aucune main

Pour briser le collier

Des ombres enfilées

 

Un jour

On invente la roue

Le vent doux

Et dans les mêmes bras

L’oiseau est transparent d’éternité


 

Christiane Loubier

UN CIEL SANS ADRESSE

Publié le par christiane loubier

Partir pour l’envol

Je ne suis plus ici


C’est pour les autres

Le chiendent

Le vent cru

Les maisons froides

Les meubles qui ne meublent rien

Les adresses sans soleil


J’ai quitté mes fleurs

J’ai quitté le fleuve

Je ne suis pas dehors

J’ai fait ma géographie

Dans un creux de nuit


Partir pour le retour

L’échouage au port

Partir pour savoir

Qu’il n’y a pas de nouveaux continents

Que le ciel n’a pas d’adresse


Seuls importent les voyages des oiseaux


 

Christiane Loubier
Poème publié dans Bordures du champ secret

PATIENCE CRÉPUE

Publié le par christiane loubier

Sur une montagne

Tant de fois les arbres

Tant de fois les oiseaux

Une solitude de fleur alpine

Comme celle des anciens

Qui parlaient avec les neiges

 

Le désir resté désir

De l’espoir très haut

De la patience crépue


 

Christiane Loubier, 2012