JE VEUX D'AUTRES OMBRES D'OR...

Publié le par christiane loubier

001690139-cover Unknown

Quiero otras sombras de oro,
otras palmeras
con otros vuelos de aves extranjeras,
quiero calles distintas, en la nieve,
un barro diferente cuando llueve,
quiero el férvido olor de otras maderas,

quiero el fuego con llamas forasteras,
otras canciones, otras asperezas,

que no haya conocido mis tristezas.

 

 

 

Je veux d'autres ombres d'or,

d'autres palmiers, d'autres vols d'oiseaux étrangers,

je veux des rues distinctes, dans la neige,

une boue différente lorsqu'il pleut;

je veux l'ardente odeur d'autres bois;

je veux un feu aux flammes singulières,

d'autres chansons, d'autres aspérités,

qui ne sauraient rien de mes tristesses.

 


 

 

Sylvina Ocampo, Poemas de amor desesperado

Traduction : Silvia Baron Supervielle

JE ME DISAIS AUSSI

Publié le par christiane loubier

 

goffette 

I

 

Je me disais aussi : vivre est autre chose

que cet oubli du temps qui passe et des ravages

de l’amour, et de l’usure – ce que nous faisons

du matin à la nuit : fendre la mer,

 

fendre le ciel, la terre, tout à tour oiseau,

poisson, taupe, enfin : jouant à brasser l’air,

l’eau, les fruits, la poussière ; agissant comme,

brûlant pour, marchant vers, récoltant

 

quoi ? le ver dans la pomme, le vent dans les blés

puisque tout retombe toujours, puisque tout

recommence et rien n’est jamais pareil

à ce qui fut, ni pire ni meilleur,

 

qui ne cesse de répéter : vivre est autre chose.

 

 

 Guy Gofette, Un peu d'or dans la boue, La vie promise

 

 

 

 


 

JE NE SUIS PAS SEUL...

Publié le par christiane loubier

 

char-copie-1.jpg

Je ne suis pas seul parce que je suis abandonné. Je suis seul parce que
je suis seul, 
amande entre les parois de sa closerie.

René CharLa Nuit talismanique
Dessin de René Char

 

 



VENTS CONTRAIRES

Publié le par christiane loubier

Un regard qui date du ciel collé

Sur les goélettes immobiles

Vous vous croyez là-bas

Vous êtes ici

Dans la nuit


La parole dessaisie


Des voix qui tournent en rond

Sous le vent

La neige voilant les cimes

D’un sommeil au long cours

 
Dans l’escalier du monde

L’araignée du soir

Ses longs cils transparents

Sur la lampe endormie

Ravivent la sœur du feu

 
Quand retrouverons-nous

La hauteur de la flamme

 
Quand parlerons-nous à nouveau

Pour quelques arpents de possible

 
Et ceux qui viendront

Viendront-ils jamais

 

Christiane Loubier

BORDÉE DE BLANC

Publié le par christiane loubier

Les oiseaux des neiges

Sont des tableaux volants

Le vent tout en blanc


Irons un jour perdre la vue

Pour ce ciel qui s'envole

Dans un hiver comme les autres


Christiane Loubier

DU SUCRE QUI TOMBE*

Publié le par christiane loubier

sucres 10

Gravure parue dans L'Opinion publique, 18 mars 1875
Source : (BAnQ, Collection numérique)

* Du sucre qui tombe : expression québécoise que l'on utilise lorsqu'une neige épaisse et mouilleuse tombe pendant le temps des sucres. Lorsque la neige est très abondante ou qu'elle tourne à la tempête, on parle de bordée des sucres ou de tempête des sucres.  

 

 

Dis-moi

Comment va le calendrier

Où tu es parti depuis des mois

 

Ici le printemps va neiger

Il le fait toujours

 

Tempête du nordet

Bordée d’oiseaux blancs

C’est du sucre qui tombe

Comme c’est écrit dans Le Survenant

 

Ici le printemps va neiger

Il le fait toujours

 

Tu te souviens

Dans le bois

On entend bouillir la sève

Y en a qui disent

C’est la forêt qui rêve

 

Ici le printemps va neiger

Il le fait toujours

 

Je voulais te dire aussi

On a percé notre arbre

Le bel érable rouge

Avec ton nom écrit dessus

Il pleure dans une chaudière

Pour le sucre du pays

 

Ici le printemps va neiger

Il le fait toujours


Christiane Loubier

<< < 100 101 102 103 104 105 106 107 108 > >>