LES MAISONS SE FERMENT

Publié le par christiane loubier

Peut-être qu’un jour
Tout sera dit
De ce pays

Les bêtes traquées
Meurent de ne plus être aimées
Les mots sont fatigués
De toujours être tus
Les terres s’épuisent
À force d’être quittées

Seul au bord des routes
Le fou quête village
Les maisons restent muettes
Calées dans la neige jusqu’aux lucarnes

Il nous faudra compter avec la tempête et la lumière sous zéro
 
 
 
Christiane Loubier
 

LES OISEAUX QUI RESTENT

Publié le par christiane loubier

Nous sommes les oiseaux qui restent,
Les transis aux portes des fermes
Où nous est comptée une miette avare,
Au point que les neiges, prises de pitié,
Rentrent nos plumes au bercail.
 
 
 
Emily Dickinson
Autoportrait au roitelet (Correspondance, janvier 1863)
[Extrait] Traduction : Patrick Reumaux.
Trois bruants des neiges représentés par trois sculpteurs. Deux artistes restent anonymes.
L'oiseau de droite a été sculpté par Wilfrid Richard (Saint-Ubalde, Portneuf, Québec).

 

<< < 1 2