L'ABRI

Publié le par christiane loubier

L’oiseau aux yeux jaunes

S’est enfui avec les fils d’or de ma maison

 

Je suis restée avec ma tête affolée

Devant mon abri décousu

Et les plis permanents de la nuit

 

 

 

Christiane Loubier

L'IMMOBILE

Publié le par christiane loubier

Vous êtes partis

Puis revenus

Ne venez pas me dire

Que vous avez vu

De plus beaux oiseaux 

Et même de la neige 

D’une autre couleur

 

Ne venez rien me dire 

Je reste ici avec l’hiver 

Qui congèle le printemps

Bien plus que la moitié du temps

 

Je suis née immobile

Avec les épinettes bleues

Les petites mouches noires

Et un mouchoir

Pour le sang et les pleurs

 

Ne venez rien me dire

Je reste ici avec vous 

À fuir les ombres

Les faux reflets

Et les reflets de la faux

 

 

 

Christiane Loubier

POUR TOUT DIRE

Publié le par christiane loubier

Je n’aurai pour tout dire

Écrit sur mon chemin

Que mon incertitude

La buée qui recouvrait la vitre

Mais jamais la fenêtre

Et jamais le chemin

 


Paul Vincensini
Extrait de C'était hier et c'est demain, Anthologie,
Éditions Seghers, « Poésie d’abord», 2004

LES VOIX

Publié le par christiane loubier

Trop de vent trop d’orages

Tu peux tout fuir

Flammes fleurs et foin

Même l’oiseau dans ta main

 

Trop de neige trop de silence

Tu peux tout trahir

Sauf ce qui veut vivre

Dans le jardin des ombres

 

Ces lèvres entrouvertes

Ces voix errantes

Après les grandes pluies

Si près si loin

À la frontière de l’absence

Avant le mur de la nuit

 

 

 

Christiane Loubier

LE TRÈS HAUT

Publié le par christiane loubier

Admirez cet amour si beau

Si droit – bien haut


Il lui manque un ciel

Et une couvée d'oiseaux

 

 

 

Christiane Loubier

DÉBÂCLES

Publié le par christiane loubier

Une goutte d’eau salée

Dans une mer polluée

Un seul nénuphar dans la mare

Une fleur noyée

 

Vos oracles au printemps

Mes débâcles avec le temps

Ma conscience du pire

Et votre désir sans pitié

 

 

 

Christiane Loubier

<< < 1 2 3 > >>