246 articles avec anthologie

SI JE DEVAIS NE PLUS VIVRE...

Publié le par christiane loubier

 

Si je devais ne plus vivre
Quand les merles reviendront,
Donne en souvenir à celui qui porte
La cravate rouge une miette de pain.
 
Si je ne pouvais dire merci,
M'étant vite endormie,
Tu sauras que j'essaie
Avec ma lèvre de marbre.
 
 
                * * *
 
If I shouldn't be alive
When the Robins come
Give the one in Red Cravat, 
A Memorial crumb
 
If I couldn 't thank you,
Being fast asleep
You will know I'm trying
With my Granite lip!
 
 
Emily Dickinson
 
 
 
                                                       Photo : Christiane Loubier
 
 
 
 
Source
Emily Dickinson, 40 poèmes, Liberté, vol. 28,
n° 2, 1986, p. 21-50.
Traduction française par Charlotte Melançon
Tous droits réservés © Collectif Liberté, 1986
 

 

 

YVES ROUQUETTE : LA POÉSIE ÉLÉMENTAIRE

Publié le par christiane loubier

La nuit du ventre

Je suis de là : de la nuit
où se forgent les pays
et s’aiguisent les couteaux
avant le spectaculaire
règlement de tous les comptes

Dans mes paroles grimaçantes
je ne suis l’étranger
que pour les hommes sans futur
Noir je suis, de mère noire
de père noir et esclave
et du fond du rose et du vers
du ventre de ma mère
je m’entends cheminer vers le jour 
 
 
 
Yves Rouquette
 
 
La nuòch del ventre
 
D’aqui siái : de la nuòch
ont se fan los païses
e s'agusan los cotèls
abans l'espectaclós
reglament de totes los comptes

Dins mas paraulas reganhudas
siái pas brica lestrangièr
que pels òmes sens futur
Negre siái de maire negra
de paire negre e esclau
e al mièg del ròse e del verd
del ventre de ma maire
m'ausissi caminar cap al jorn
 
 

In pas que la fam (la faim, seule), traduction Jean Eygun, © letras d’òc, 2009, p.62-63
[Source du site consulté : http://pierresel.typepad.fr]
 
   

 

JE SORS...

Publié le par christiane loubier

                                            V
 
 
Je sors.
Je rêve que je sors dans la nuit de neige.
Je rêve que j'emporte
Avec moi, loin, dehors, c'est sans retour,
Le miroir de la chambre d'en haut, celui des étés
D'autrefois, la barque à la proue de laquelle, simples,
Nous allions, nous interrogions, dans le sommeil
D'étés qui furent brefs comme est la vie.

En ce temps-là
C'est par le ciel qui brillait dans son eau
Que les mages de nos sommeils, se retirant,
Répandaient leurs trésors dans la chambre obscure.


Yves Bonnefoy
Ce qui fut sans lumière, Le haut du monde (1987)
 

AVANT LE SOMMEIL

Publié le par christiane loubier

                            VIII
 
 
Avant le sommeil 
Les soeurs de ma mère parlaient si bas 
Que tout devenait de l'ombre 
Les visages et les voix 
Jusqu'à l'horloge dans sa cage 
Qui n'avait plus de chant 
Une allumette alors brillait 
Et l'on pouvait entrevoir
Mes tantes agenouillées 
Dans une goutte d'or
 
 
 
Georges Schehadé
Poésies VI, Le nageur d'un seul amour (1985)

ABIES CAMPANILE

Publié le par christiane loubier

 
                                                 vulg. genévrier à cloche

 
Dans un profond remords d'être de pierre inerte,
Un fin clocher voulut se dépétrifier ...
Il pria; et son vœu si haut donna l'alerte 
A quelque saint du ciel qui put le gratifier.
Le lendemain, ce clocher faisait branches,
Ses ardoises levaient en pousses de sapin;
Il avait un peu mal au lattis intestin, 
Mais la joie d'être vif lui soufflait dans les planches :
« Tu seras arbre de Noël pour tous les saints ! » 
Il prit un tel ballant de plaisir sur l'église 
Que sa cloche étonnée fit un ah ! de surprise, 
                                Et en devint pomme de pin.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Patrice de La Tour Du Pin et Jacques Ferrand
Pépinière de sapins de Noël,
par deux sylviculteurs de l'imaginaire (1957)
 

                              Illustrateur : Jacques Ferrand

 

 

LES EFFARÉS

Publié le par christiane loubier

Noirs dans la neige et dans la brume
Au grand soupirail qui s'allume,
               Leurs culs en rond,

A genoux, cinq petits – misère ! –
Regardent le boulanger faire

               Le lourd pain blond...

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise, et qui l'enfourne

               Dans un trou clair.

Ils écoutent le bon pain cuire. 
Le boulanger au gras sourire 

               Chante un vieil air.

Ils sont blottis, pas un ne bouge,
Au souffle du soupirail rouge, 

               Chaud comme un sein.

Et quand, pendant que minuit sonne, 
Façonné, pétillant et jaune, 

               On sort le pain;

Quand sous les poutres enfumées, 
Chantent les croûtes parfumées, 

               Et les grillons,

Quand ce trou chaud souffle la vie
Ils ont leur âme si ravie 

               Sous leurs haillons,

Ils se ressentent si bien vivre,
Les pauvres petits pleins de givre,

               – Qu'ils sont là, tous,

Collant leurs petits museaux roses 
Au grillage, chantant des choses, 

               Entre les trous,

Mais bien bas, – comme une prière...
Repliés vers cette lumière

               Du ciel rouvert,

- Si fort, qu'ils crèvent leur culotte,
- Et que leur lange blanc tremblotte

               Au vent d'hiver...

 
 
 

Arthur Rimbaud
 
Les cahiers de Douai (1870)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source de l'image : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France
 
 
 
 
 

 

 

JE REGARDE...

Publié le par christiane loubier

Je regarde autour de moi avec une langue éblouie qui récupère le pays du vide sans borne.
 
 
 
Silvia Baron Supervielle
L’Alphabet du feu, Petites études sur la langue (extrait), Gallimard, 2007

LA VIE TE RESSEMBLE...

Publié le par christiane loubier

La vie te ressemble
jusqu’à de si petits détails
que je n’en dis rien
cette ressemblance est la fête
de nos instants célèbres
entre nous
je ne les montre pas trop
on n’offre pas des fleurs
à un jardin
ni de la lumière
au soleil
 
 
 
Henri Meschonnic
Voyageurs de la voix, 1985

LES AMIS SONT DES OMBRES

Publié le par christiane loubier

Ce temps de brume qui froidit, un jour d'hiver,
On marche vite, l'esprit clair...
Les jours de la sagesse étaient ainsi, désert
Où je cherchais les amis dont les yeux brillants sont morts,
La parole dissipée, haleine des soir d'hiver
 
Ai-je entendu sous la fenêtre
Leurs pas présents, hésitants,
Leurs pas que je suivais jusqu'à l'effacement
Leurs pas d'aveugles?
Ils furent la question dont ils sont la réponse
Disparue, errante, absente,
Haleine des froides années
Où nous écoutions venir le grand chasse-neige aveugle.
 
 
 
Henri Thomas
Joueur surprisGallimard, 1982

LE TEMPS DE LA NEIGE

Publié le par christiane loubier

Contre la neige, sa chute,
Poète, à quoi bon la lutte.
Ses écrits sont les plus denses,
Car ils s'arment de silence
 
 
 
Armen Lubin
 
Feux contre feux (Le temps) dans Les hautes terrasses, 1957

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>