246 articles avec anthologie

L'HEURE PRÉSENTE

Publié le par christiane loubier

J'ai ramassé le fruit, j'ouvre l'amande.
Dans la parole
La dérive rapide de la nuée.

Illusion,
L'âtre qui brûlait clair le soir, te souviens-tu,
Dans la maison que nous avons aimée.
Ce petit bois,
Ces boules de papier froissé, ce pique-feu,
Cette flamme soudaine, presque un éclair,
Un rêve, comme nous ?
 
 

Yves Bonnefoy
L'Heure présente, II [extrait]
 

YVES BONNEFOY ET SA FILLE

Publié le par christiane loubier

bonnefoy-copie-2

 

Yves Bonnefoy et sa fille Mathilde, mars 1974

Photographie : Lucy Vines
Source : Magazine Littéraire, juin 2003, no 421

À MOI-MÊME DANS L'ÂGE

Publié le par christiane loubier

à
moi-même
dans l'âge
 
 
 
 
Solitude,
Habitons ensemble.
 
 
 
Henri Pichette, Poèmes offerts
 

LA ROSE

Publié le par christiane loubier

L'argile une rose l'adore
disait l'homme blond
dans le train qui allait
au long des plaines grises
mais ne lui donnez pas à la rose
surtout de fumier.
Ah! le jardinier
est bon pour le courage.
Quand dehors je mange
les fleurs me ravissent toujours
la femme restant près de moi
sous le pommier tors.
 
 
Jean Follain
Territoires

 

 

 

 
La rose au jardin

 

CELUI QUI ENTRE PAR HASARD

Publié le par christiane loubier

Celui qui entre par hasard dans la demeure d'un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
Que chaque nœud du bois renferme davantage
De cris d'oiseaux que tout le cœur de la forêt
Il suffit qu'une lampe pose son cou de femme
À la tombée du soir contre un angle verni
Pour délivrer soudain mille peuples d'abeilles
Et l'odeur de pain frais des cerisiers fleuris
Car tel est le bonheur de cette solitude
Qu'une caresse toute plate de la main
Redonne à ces grands meubles noirs et taciturnes
La légèreté d'un arbre dans le matin.
 
 
 
René Guy Cadou
Hélène ou le règne végétal
Seghers, 1981 

UN MUR ÉTEINT...

Publié le par christiane loubier

Un mur éteint
Ferme ta route
Ton ombre y reste
Quand tu passes.
 
 
 
Louis Parrot
Misery Farm

ET COMME AU FOND DU LAC OBSCUR...

Publié le par christiane loubier

Et comme au fond du lac obscur la pauvre pierre
Des mains d'un bel enfant cruel jadis tombée :
Ainsi repose au plus triste du cœur,
Dans le limon dormant du souvenir, le lourd amour.
 
 
 
Oscar Vladislas de Lubicz Milosz (1877-1939)
Symphonie de septembre (Extrait)

CARTE POSTALE

Publié le par christiane loubier

 

 

Source : http://loic-lantoine.wifeo.com/norge.php

CRÉPUSCULE AU BORD

Publié le par christiane loubier

Crépuscule au bord 
des fenêtres, fleurs 
fidèles, corolles 
chaleureuses, puis la nuit 

avec ses légendes, ses 
miroirs sous l'obscurité, 
la nuit refermée sur 
les gestes humains, 

la nuit paisible – et 
la gourmandise du silence 
lorsqu'un chat, avec 
sa tiédeur, se glisse 
contre toi pour 
réparer le monde.


 


Richard Rognet

Un peu d'ombre sera la réponse
Collection Blanche, Gallimard, 2009

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>