ABIES CAMPANILE

Publié le par christiane loubier

 
                                                 vulg. genévrier à cloche

 
Dans un profond remords d'être de pierre inerte,
Un fin clocher voulut se dépétrifier ...
Il pria; et son vœu si haut donna l'alerte 
A quelque saint du ciel qui put le gratifier.
Le lendemain, ce clocher faisait branches,
Ses ardoises levaient en pousses de sapin;
Il avait un peu mal au lattis intestin, 
Mais la joie d'être vif lui soufflait dans les planches :
« Tu seras arbre de Noël pour tous les saints ! » 
Il prit un tel ballant de plaisir sur l'église 
Que sa cloche étonnée fit un ah ! de surprise, 
                                Et en devint pomme de pin.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Patrice de La Tour Du Pin et Jacques Ferrand
Pépinière de sapins de Noël,
par deux sylviculteurs de l'imaginaire (1957)
 

                              Illustrateur : Jacques Ferrand

 

 

POUR LA MUSIQUE...

Publié le par christiane loubier

                                                              Compositeur : Shigeru Umebayashi

HEURES D'HIVER

Publié le par christiane loubier

Nous avons laissé rouiller l’outil avec le gel
Nous avons fermé trop tôt les volets
Maintenant on coupe la forêt pour Noël

Le temps s’écoule en chutes de neige
En bourrasques — en grésil
Verglas de blessures 
Le sang glacé des heures

Saison qui détourne du temps
 
 
 
Christiane Loubier
 

LES EFFARÉS

Publié le par christiane loubier

Noirs dans la neige et dans la brume
Au grand soupirail qui s'allume,
               Leurs culs en rond,

A genoux, cinq petits – misère ! –
Regardent le boulanger faire

               Le lourd pain blond...

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise, et qui l'enfourne

               Dans un trou clair.

Ils écoutent le bon pain cuire. 
Le boulanger au gras sourire 

               Chante un vieil air.

Ils sont blottis, pas un ne bouge,
Au souffle du soupirail rouge, 

               Chaud comme un sein.

Et quand, pendant que minuit sonne, 
Façonné, pétillant et jaune, 

               On sort le pain;

Quand sous les poutres enfumées, 
Chantent les croûtes parfumées, 

               Et les grillons,

Quand ce trou chaud souffle la vie
Ils ont leur âme si ravie 

               Sous leurs haillons,

Ils se ressentent si bien vivre,
Les pauvres petits pleins de givre,

               – Qu'ils sont là, tous,

Collant leurs petits museaux roses 
Au grillage, chantant des choses, 

               Entre les trous,

Mais bien bas, – comme une prière...
Repliés vers cette lumière

               Du ciel rouvert,

- Si fort, qu'ils crèvent leur culotte,
- Et que leur lange blanc tremblotte

               Au vent d'hiver...

 
 
 

Arthur Rimbaud
 
Les cahiers de Douai (1870)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Source de l'image : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France
 
 
 
 
 

 

 

SAISON PIÈGE

Publié le par christiane loubier

Blanc et bleu
Le ciel d’aujourd’hui
Déverse son espérance
Sur des arbres de première neige

Mais je les ai vues ces ombres
Derrière les pieux de perche
Cette saison se sert de la neige
Pour ses pièges à lumière

L’hiver passera 
Ou ne passera pas

Sans guérir les pierres
Sans faire éclater 
Les clous des croix
Et des chevaux de bois
 
 

Christiane Loubier

JE REGARDE...

Publié le par christiane loubier

Je regarde autour de moi avec une langue éblouie qui récupère le pays du vide sans borne.
 
 
 
Silvia Baron Supervielle
L’Alphabet du feu, Petites études sur la langue (extrait), Gallimard, 2007

LA VIE TE RESSEMBLE...

Publié le par christiane loubier

La vie te ressemble
jusqu’à de si petits détails
que je n’en dis rien
cette ressemblance est la fête
de nos instants célèbres
entre nous
je ne les montre pas trop
on n’offre pas des fleurs
à un jardin
ni de la lumière
au soleil
 
 
 
Henri Meschonnic
Voyageurs de la voix, 1985

PRÉTENTION

Publié le par christiane loubier

La neige qui insiste pour tomber
A besoin du froid pour rester
Et de la noirceur des jours
Pour prétendre à quelque réalité blanche

 

 

 

Christiane Loubier

LES AMIS SONT DES OMBRES

Publié le par christiane loubier

Ce temps de brume qui froidit, un jour d'hiver,
On marche vite, l'esprit clair...
Les jours de la sagesse étaient ainsi, désert
Où je cherchais les amis dont les yeux brillants sont morts,
La parole dissipée, haleine des soir d'hiver
 
Ai-je entendu sous la fenêtre
Leurs pas présents, hésitants,
Leurs pas que je suivais jusqu'à l'effacement
Leurs pas d'aveugles?
Ils furent la question dont ils sont la réponse
Disparue, errante, absente,
Haleine des froides années
Où nous écoutions venir le grand chasse-neige aveugle.
 
 
 
Henri Thomas
Joueur surprisGallimard, 1982

LE TEMPS DE LA NEIGE

Publié le par christiane loubier

Contre la neige, sa chute,
Poète, à quoi bon la lutte.
Ses écrits sont les plus denses,
Car ils s'arment de silence
 
 
 
Armen Lubin
 
Feux contre feux (Le temps) dans Les hautes terrasses, 1957