LE JOUR QUI VENTE

Publié le par christiane loubier

Le jour qui vente

Se souvient qu’il était nuit


J’écoute ton absence qui bouge

Dans les rideaux blancs

 

Poussière est le jour

Amour toute peine


Pourquoi pleurer le soleil couchant

Je suis la nuit

Souffle le vent

Soulevant le plumage de l’oubli

 

Rapportez-moi tout

De ce vol d’oiseaux blancs

 

Christiane Loubier

Publié dans Carnet du vent

Commenter cet article

Kathleen Bourget 16/02/2012 21:55


Chère carnettiste,


J'ai les cheveux tout ébouriffés à vous lire...

christiane loubier 17/02/2012 00:42



Merci Kat. pour cette appréciation si joyeuse.