POUSSIÈRE D'OUBLI

Publié le par christiane loubier

  

Ce que j’ai vu, je l’ai écrit
comme la pluie sur les vitres
et les larmes des roses, et tout
ce que j’ai oublié demeure

là, dans ce grand sac de voyelles
posé contre le pied de la table
où le temps passe entre ma vie
et moi sans blesser personne.

Quand plus rien ne chante au-dehors
je puise dans le sac et sème
sur la page un peu de poussière
d’oubli et le jour paraît comme

un musicien qui tend son chapeau.

 

Guy Gofette
Petits riens pour jours absolus

                                       Guy Goffette © Jean-Luc Bertini

 

 

 

Publié dans Anthologie

Commenter cet article