PRIÈRE POUR LES SOURDS

Publié le par christiane loubier

Des jours 
Plus souvent des nuits
Mes plumes sont bien plus lourdes
Que ma tête

Des jours 
Plus souvent des nuits
Je reste repliée
Dans l’encoignure du temps
D’où s’élève la supplique
Pour les heures défuntes

Vous les oiseaux de l’aurore
Sortez-moi de ce puits
Où vont croupir les ombres

Toi la nuit
Que j’ai appris à vouvoyer
Ramenez-moi dans vos bras
Qui consolent

Toi la mort
Retiens ton drap
Étire un peu mon âge
Que j’apprenne à lire 
Dans les yeux des bêtes
Que je me souvienne par cœur
Du chant des paysages

Des jours 
Des nuits
Plus souvent des vies
Passées devant un compas
Perdu – affolé
Virant sur ses pointes de fer
 
 
 
Christiane Loubier

Commenter cet article

Jean 02/07/2016 17:49

Oui, apprendre à lire dans les yeux des bêtes ! Absolument. C'est certain, c'est un travail bien lent, mais parfois on dirait que les yeux de l'un et l'autre se touchent soudain, se rencontrent, et la solitude en prend un coup.