ABIES PARADIS II

Publié le par christiane loubier

Le solstice d'hiver avait été clément,
Et Noël confirma ce tout petit miracle :
Dans le bois résineux, les pigeons au pinacle,
Les pervenches en bas, commençaient le printemps.
Deux fiancés jouaient au paradis,
N'y mettant pas les mains,  mais le diable les mit.
Ils étaient allongés sous un sapin aimable :
Le diable l'alluma pour eux...
Un arbre de  Noël, c'est innoncent ! que diable !
Et ils n'y virent que du feu !...
 
O les langues de feux d'un sapin passionné !
Amour, bougies cruelles !
La résine flambloie, l'odeur vous monte au nez,
Le cœur au tronc chancelle !
Et la pomme de pin garde encore au sommet
Un goût de faute originelle...
 
 
 
 
 

Patrice de La Tour Du Pin et Jacques Ferrand
Pépinière de sapins de Noël
par deux sylviculteurs de l'imaginaire

 

Illustrateur : Jacques Ferrand

 

 

 

Commenter cet article