VISIONS D'UN JARDIN ORDINAIRE 6/19

Publié le par christiane loubier

Jetées sur le jardin, entortillées aux herbes, les longues
ramures ébranchées des saules. Leur peau avait bruni, elle
s’était soulevée par endroits, offrant l’abri aux cloportes,
cochons de saint Antoine, aux forficules, perce-oreilles.
Avec le printemps, le jardinier arrive. Il se penche sur elles,
fines branches mortes des saules. Il emporte dans ses bras,
le long fagot. Il les plante face à face, les incline l’une vers
l’autre. Alignées, redressées, les branches sont le tipi, le tipi

des haricots. Triangle isocèle, triangles isocèles pointés au
ciel. Les triangles sont réunis par la plus longue perche. A
l’horizontale, en hauteur, le jardinier les attache. Long
squelette vertébré de bois mort, c’est le grand tipi des
haricots à rames, la longue maison des haricots. Au pied de
chaque branche, ils sortent une crosse verte, poussent,
s’élancent en tournant au bout de leur tige, hélices vivantes.

 

 

 

Lucien Suel

http://academie23.blogspot.ca/2014_11_01_archive.html
 
 
 
 
 
 
Photo : Josiane Suel

 

Commenter cet article