LES AMIS SONT DES OMBRES

Publié le par christiane loubier

Ce temps de brume qui froidit, un jour d'hiver,
On marche vite, l'esprit clair...
Les jours de la sagesse étaient ainsi, désert
Où je cherchais les amis dont les yeux brillants sont morts,
La parole dissipée, haleine des soir d'hiver
 
Ai-je entendu sous la fenêtre
Leurs pas présents, hésitants,
Leurs pas que je suivais jusqu'à l'effacement
Leurs pas d'aveugles?
Ils furent la question dont ils sont la réponse
Disparue, errante, absente,
Haleine des froides années
Où nous écoutions venir le grand chasse-neige aveugle.
 
 
 
Henri Thomas
Joueur surprisGallimard, 1982

Commenter cet article