L’HEURE DU GRAND DUC

Publié le par christiane loubier

À l’heure où la nuit
Prépare ses serres
À l’heure où les corps
Se mêlent aux ombres

Le temps sans couleur
Nous fait glisser
Dans une douleur de chien-loup

Le paysage ricane en s’éclipsant 
Dans la noirceur de son silence
 
 
 
Christiane Loubier

Publié dans Carnet de la nuit

Commenter cet article

gd 04/09/2014 05:25

Une sorte de douleur et de beauté en même temps. La grande énigme douce qui hésite entre le calme du temps et la grande cruauté de ce qui se tait et que sans cesse on interroge. Écrire des mots comme ceux-là ôte un peu de noirceur au silence, un peu de désespérance au ricanement du paysage, qui, après tout, est innocent. Merci.

christiane Loubier 05/09/2014 14:27

« Une sorte de douleur et de beauté en même temps ». Les paysages sont souvent cela...une juste description GD.
Merci pour votre généreuse appréciation. Il y a toujours de la poésie dans vos commentaires.

Christiane