PRINTEMPS DES PARULINES

Publié le par christiane loubier

J’attends le printemps
 
Pas les primevères
Quand c’est encore l’hiver
Pas le muguet
Trop discret

Pas le nid 
Laissé à l’oiseau
Pas le bourgeon 
Laissé à ses promesses

Mais l’écorce sur le cœur
La feuille sous la fleur
Avant le fruit

J’attends le vrai printemps
Le printemps des parulines masquées
 
 
 
Christiane Loubier
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paruline masquée
Réserve naturelle des Marais-du-Nord, Québec, Canada
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AGeothlypis_trichas_MN.jpg



 

Commenter cet article

gd 14/04/2014 06:45

Avant l'idée qu'on a du réel, le réel, celui des oiseaux tellement éphémères, parce qu'on sait peu les voir. Parce qu'on peut voir le réel si peu? Merci de cette attente concrète. Printemps trop attendu, inattendu? Masqué.

christiane Loubier 14/04/2014 13:48

C'est l'hiver qui n'en finit plus de faner dans la boue qui agrandit l'attente du printemps éphémère.

Christiane